Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Vocation Notre-Dame de Vie Laïques consacréesVocation Notre-Dame de Vie
Menu

avec la Parole de Dieu

Quelle meilleure source pour prier que la lecture d'un passage de la Bible. C'est ce moyen que Dieu a choisi de manière privilégiée pour nous parler !

" Les Saintes Ecritures constituent, pour les enfants de l'Eglise,
la force de leur foi, la nourriture de leur âme, la source pure et permanente de leur vie spirituelle. "
Concile Vatican II, Constitution Dei Verbum n°21

 

  • Moïse était berger du troupeau de son beau-père Jéthro, prêtre de Madiane. Il mena le troupeau au-delà du désert et parvint à la montagne de Dieu, à l’Horeb.
    L’ange du Seigneur lui apparut dans la flamme d’un buisson en feu. Moïse regarda : le buisson brûlait sans se consumer. Moïse se dit alors : « Je vais faire un détour pour voir cette chose extraordinaire : pourquoi le buisson ne se consume-t-il pas ? » Le Seigneur vit qu’il avait fait un détour pour voir, et Dieu l’appela du milieu du buisson : « Moïse ! Moïse ! » Il dit : « Me voici ! » Dieu dit alors : « N’approche pas d’ici ! Retire les sandales de tes pieds, car le lieu où tu te tiens est une terre sainte ! » Et il déclara : « Je suis le Dieu de ton père, le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac, le Dieu de Jacob. »
    Moïse se voila le visage car il craignait de porter son regard sur Dieu.
    (Ex 3, 1-6)
     

 

" Tu as du prix à mes yeux et moi, je t'aime. "
Is 43, 4
 

 

  • La lampe de Dieu n’était pas encore éteinte. Samuel était couché dans le temple du Seigneur, où se trouvait l’arche de Dieu.
    Le Seigneur appela Samuel, qui répondit : « Me voici ! »Il courut vers le prêtre Éli, et il dit : « Tu m’as appelé, me voici. » Éli répondit : « Je n’ai pas appelé. Retourne te coucher. » L’enfant alla se coucher.
    De nouveau, le Seigneur appela Samuel. Et Samuel se leva. Il alla auprès d’Éli, et il dit : « Tu m’as appelé, me voici. » Éli répondit : « Je n’ai pas appelé, mon fils. Retourne te coucher. » Samuel ne connaissait pas encore le Seigneur, et la parole du Seigneur ne lui avait pas encore été révélée.
    De nouveau, le Seigneur appela Samuel. Celui-ci se leva. Il alla auprès d’Éli, et il dit : « Tu m’as appelé, me voici. » Alors Éli comprit que c’était le Seigneur qui appelait l’enfant, et il lui dit : « Va te recoucher, et s’il t’appelle, tu diras : “Parle, Seigneur, ton serviteur écoute.” » Samuel alla se recoucher à sa place habituelle.
    Le Seigneur vint, il se tenait là et il appela comme les autres fois : « Samuel ! Samuel ! » Et Samuel répondit : « Parle, ton serviteur écoute. »
    (1S 3, 3-10)

 

" Il n'est pas d'ouvrage qui puisse, au même degré que la Sainte Ecriture,
nous éclairer sur Dieu et sur le Christ, assurer un aliment plus substantiel à notre méditation,
favoriser le contact vivant avec Jésus et créer l'intimité avec Lui. "

père Marie-Eugène
 

 

  • Le Seigneur dit à Elie : « Sors et tiens-toi sur la montagne devant le Seigneur, car il va passer. »
    À l’approche du Seigneur, il y eut un ouragan, si fort et si violent qu’il fendait les montagnes et brisait les rochers, mais le Seigneur n’était pas dans l’ouragan ; et après l’ouragan, il y eut un tremblement de terre, mais le Seigneur n’était pas dans le tremblement de terre ; et après ce tremblement de terre, un feu, mais le Seigneur n’était pas dans ce feu ; et après ce feu, le murmure d’une brise légère.
    Aussitôt qu’il l’entendit, Élie se couvrit le visage avec son manteau, il sortit et se tint à l’entrée de la caverne.
    (1R 19, 11-13)
     

 

" Invoque-moi, et je te répondrai, je te révélerai des choses grandes et inaccessibles que tu ne connais pas. "
Jr 33, 3

 

  • La parole du Seigneur me fut adressée :
    « Avant même de te façonner dans le sein de ta mère, je te connaissais ; avant que tu viennes au jour, je t’ai consacré ; je fais de toi un prophète pour les nations. »
    Et je dis : « Ah ! Seigneur mon Dieu ! Vois donc : je ne sais pas parler, je suis un enfant ! »
    Le Seigneur reprit : « Ne dis pas : “Je suis un enfant !” Tu iras vers tous ceux à qui je t’enverrai ; tout ce que je t’ordonnerai, tu le diras.
    Ne les crains pas, car je suis avec toi pour te délivrer – oracle du Seigneur. »
    (Jr 1, 4-8)
     

 

" Quand il les eut renvoyées, il gravit la montagne, à l’écart, pour prier. Le soir venu, il était là, seul.""
Mt 14, 23
 

 

  • Mais toi, quand tu pries, retire-toi dans ta pièce la plus retirée, ferme la porte, et prie ton Père qui est présent dans le secret ; ton Père qui voit dans le secret te le rendra.
    Lorsque vous priez, ne rabâchez pas comme les païens : ils s’imaginent qu’à force de paroles ils seront exaucés.
    Ne les imitez donc pas, car votre Père sait de quoi vous avez besoin, avant même que vous l’ayez demandé.
    Vous donc, priez ainsi : Notre Père, qui es aux cieux, que ton nom soit sanctifié,
    que ton règne vienne, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.
    Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour.
    Remets-nous nos dettes, comme nous-mêmes nous remettons leurs dettes à nos débiteurs.
    Et ne nous laisse pas entrer en tentation, mais délivre-nous du Mal.
    Car, si vous pardonnez aux hommes leurs fautes, votre Père céleste vous pardonnera aussi.
    Mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, votre Père non plus ne pardonnera pas vos fautes.
    (Mt 6, 6-15)
     

 

" Le Seigneur m’a protégé par l’ombre de sa main. "
Is 49, 2

 

  • Vers la fin de la nuit, Jésus vint vers eux en marchant sur la mer.
    En le voyant marcher sur la mer, les disciples furent bouleversés. Ils dirent : « C’est un fantôme. » Pris de peur, ils se mirent à crier.
    Mais aussitôt Jésus leur parla : « Confiance ! c’est moi ; n’ayez plus peur ! »
    Pierre prit alors la parole : « Seigneur, si c’est bien toi, ordonne-moi de venir vers toi sur les eaux. »
    Jésus lui dit : « Viens ! » Pierre descendit de la barque et marcha sur les eaux pour aller vers Jésus.
    Mais, voyant la force du vent, il eut peur et, comme il commençait à enfoncer, il cria : « Seigneur, sauve-moi ! »
    Aussitôt, Jésus étendit la main, le saisit et lui dit : « Homme de peu de foi, pourquoi as-tu douté ? »
    Et quand ils furent montés dans la barque, le vent tomba.
    (Mt 14, 25-32)
     

 

" Ignorer l'Ecriture, c'est ignorer le Christ.
Ne te semble-t-il pas, déjà sur cette terre, habiter le Royaume des Cieux
quand tu vis au milieu de ces textes, quand tu les médites, quand tu ne connais et ne recherche rien d'autre ?
Le dialogue avec Jésus, avec sa parole est présence du Ciel, présence de Dieu. "

Benoit XVI
 

 

  • Dieu, tu es mon Dieu, je te cherche dès l'aube : mon âme a soif de toi ; après toi languit ma chair, terre aride, altérée, sans eau.
    Je t'ai contemplé au sanctuaire, j'ai vu ta force et ta gloire.
    Ton amour vaut mieux que la vie : tu seras la louange de mes lèvres !
    Toute ma vie je vais te bénir, lever les mains en invoquant ton nom.
    Comme par un festin je serai rassasié ; la joie sur les lèvres, je dirai ta louange.
    Dans la nuit, je me souviens de toi et je reste des heures à te parler.
    Oui, tu es venu à mon secours : je crie de joie à l'ombre de tes ailes.
    Mon âme s'attache à toi, ta main droite me soutient.
    (Ps 62, 2-9)
     

 

" Il y aura de la joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se convertit. "
Lc 15, 7

 

  • Moi, je suis la vraie vigne, et mon Père est le vigneron.
    Tout sarment qui est en moi, mais qui ne porte pas de fruit, mon Père l’enlève ; tout sarment qui porte du fruit, il le purifie en le taillant, pour qu’il en porte davantage.
    Mais vous, déjà vous voici purifiés grâce à la parole que je vous ai dite.
    Demeurez en moi, comme moi en vous. De même que le sarment ne peut pas porter de fruit par lui-même s’il ne demeure pas sur la vigne, de même vous non plus, si vous ne demeurez pas en moi.
    Moi, je suis la vigne, et vous, les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure, celui-là porte beaucoup de fruit, car, en dehors de moi, vous ne pouvez rien faire.
    (Jn 15, 1-5)
     

 

" Gardez-vous dans l’amour de Dieu, attendant la miséricorde de notre Seigneur Jésus Christ
en vue de la vie éternelle. "

Jude 1, 21

 

  • Or, près de la croix de Jésus se tenaient sa mère et la sœur de sa mère, Marie, femme de Cléophas, et Marie Madeleine.
    Jésus, voyant sa mère, et près d’elle le disciple qu’il aimait, dit à sa mère : « Femme, voici ton fils. »
    Puis il dit au disciple : « Voici ta mère. » Et à partir de cette heure-là, le disciple la prit chez lui.
    Après cela, sachant que tout, désormais, était achevé pour que l’Écriture s’accomplisse jusqu’au bout, Jésus dit : « J’ai soif. »
    (Jn 19, 25-28)
     

 

" Nous devons exercer la lectio divina, sentir dans les Ecritures la pensée du Christ,
apprendre à penser avec le Christ, à penser la pensée du Christ,
pour avoir les sentiments du Christ. "

Benoit XVI

 

  • Jésus dit à Simon-Pierre : « Simon, fils de Jean, m’aimes-tu vraiment, plus que ceux-ci ? » Il lui répond : « Oui, Seigneur ! Toi, tu le sais : je t’aime. » Jésus lui dit : « Sois le berger de mes agneaux. »
    Il lui dit une deuxième fois : « Simon, fils de Jean, m’aimes-tu vraiment ? » Il lui répond : « Oui, Seigneur ! Toi, tu le sais : je t’aime. » Jésus lui dit : « Sois le pasteur de mes brebis. »
    Il lui dit, pour la troisième fois : « Simon, fils de Jean, m’aimes-tu ? » Pierre fut peiné parce que, la troisième fois, Jésus lui demandait : « M’aimes-tu ? » Il lui répond : « Seigneur, toi, tu sais tout : tu sais bien que je t’aime. » Jésus lui dit : « Sois le berger de mes brebis.
    Amen, amen, je te le dis : quand tu étais jeune, tu mettais ta ceinture toi-même pour aller là où tu voulais ; quand tu seras vieux, tu étendras les mains, et c’est un autre qui te mettra ta ceinture, pour t’emmener là où tu ne voudrais pas aller. »
    Jésus disait cela pour signifier par quel genre de mort Pierre rendrait gloire à Dieu. Sur ces mots, il lui dit : « Suis-moi. »
    (Jn 21, 15-19)
     

 

" Si quelqu'un m'aime, il gardera ma parole ; mon Père l'aimera,
nous viendrons vers lui et, chez lui, nous nous ferons une demeure.

(Jn 14, 23)
 

 

  • Tous ceux qui se laissent conduire par l’Esprit de Dieu, ceux-là sont fils de Dieu.
    Vous n’avez pas reçu un esprit qui fait de vous des esclaves et vous ramène à la peur ; mais vous avez reçu un Esprit qui fait de vous des fils ; et c’est en lui que nous crions « Abba ! », c’est-à-dire : Père !
    C’est donc l’Esprit Saint lui-même qui atteste à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu.
    Puisque nous sommes ses enfants, nous sommes aussi ses héritiers : héritiers de Dieu, héritiers avec le Christ, si du moins nous souffrons avec lui pour être avec lui dans la gloire.
    (Rm 8, 14-17)
     

 

" Cherchez le Seigneur avec un cœur simple, car il se laisse trouver. "
Sg 1, 2