Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Vocation Notre-Dame de Vie Laïques consacréesVocation Notre-Dame de Vie
Menu

1000 et 1 métiers

Métiers

A travers leurs études, leurs insertions professionnelles, les consacrées de Notre-Dame de Vie veulent donner Dieu aux personnes vers lesquelles elles sont envoyées.

" Le monde est en feu ! Ce n’est pas le moment de traiter avec Dieu d'affaires de peu d'importance. "

Sainte Thérèse d'Avila

 

Dans notre monde en quête de bonheur, assoiffé de Dieu, les consacrées de Notre-Dame de Vie veulent porter

" un témoignage vivant, donné par quelqu'un qui est pris par Dieu, et qui, par ses paroles, ses gestes, son comportement, laisse apparaître Dieu dans une vie et dans une âme qu'il a conquise. "

Père Marie-Eugène

 

Norma, chargée de communication (Mexique)

 

[VIDEO]

 

Marie, ingénieur (Taïwan)

 

Le lieu où Dieu m’envoie est d’abord le lieu où je travaille ; mon travail est donc pour moi avant tout un lieu d’insertion, un moyen d’être au contact.
 

Mon travail a deux composantes principales : un ensemble de réalisations techniques qui se font plutôt seule et une partie coordination d’équipe qui passe par des réunions et des contacts interpersonnels fréquents. Il est rare que je puisse parler directement du Christ, mais dans les prises de décisions, dans la manière d’impliquer les personnes et dans la manière d’assumer les responsabilités, il y a quelque chose qui passe et les collègues le disent.
 

J’apprends à tout recevoir de Dieu, car c’est bien Lui qui fait tout !

J’ai eu la joie à deux reprises de pouvoir faire changer une décision qui n’était pas juste. Cela n’avait pas de grosses conséquences pour l’entreprise, mais j’ai senti en conscience que si j’acceptais ce qui m’étais demandé, je profitais d’une situation aux dépens de collègues. J’ai pu le faire comprendre à mon chef lors d’une discussion.
 

Mon travail est aussi un lieu où j’expérimente ma pauvreté : d’abord celle d’avoir besoin de travailler pour vivre et faire vivre ma famille spirituelle ; ensuite celle d’expérimenter au quotidien que ce n’est pas parce que je suis consacrée que je suis meilleure que les autres, il y a une orientation de fond vers Dieu mais des défauts bien visibles ; enfin celle de ne pas pouvoir convertir le monde entier par moi-même… C’est donc le lieu où j’apprends à tout recevoir de Dieu, car c’est bien Lui qui fait tout !

 
 

Cécile, sage-femme (France)

 

Merveilleuse mission que mon travail de sage-femme, car le Seigneur dans son amour m'a choisie et consacrée pour porter à tous la Bonne Nouvelle de son Amour !
 

le Seigneur dans son amour m’a choisie et consacrée pour porter à tous la Bonne Nouvelle de son Amour !

Et à qui mieux qu’à ceux avec qui je travaille chaque jour pourrais-je donner ce témoignage ? De tous horizons, de tous milieux sociaux, de toutes éducations… chacun a droit à l’annonce du Christ.
 

Cette annonce n’est pas forcément « parlée », elle l’est même rarement. Mais par ma manière d’être, de dire, d’agir, par le soin que je mettrai à vivre chaque relation, le Christ pourra être présent. Tous mes collègues savent très bien que je suis chrétienne, mais peu me demandent un témoignage explicite. Cependant, ils guettent mes gestes et mes paroles pour voir si ma vie est en accord avec ma foi : ils me font comprendre leur étonnement quand ce n’est pas le cas !
 

Ainsi, chaque jour, j’essaie d’être un artisan de paix, j’essaie aussi de faire aimer la vérité et la beauté, d’être au service de ces frères et sœurs qui me sont proches par le travail… L’Esprit Saint est assez fort pour révéler le Royaume à travers mes pauvres gestes !... car « voici que le règne de Dieu est au milieu de vous » (Lc 17,21)

 

Marguerite, doctorante en lettres modernes (France)

 

Je suis doctorante en lettres et j’ai la chance de pouvoir en même temps donner des cours à des étudiants plus jeunes. Je n’ai que bien rarement la possibilité de parler de Dieu, mais je sais qu’il est là, en moi, tout au long de la journée et je prie pour que ceux que je rencontre puissent le découvrir.

Lorsque je travaille sur ma thèse ou que je prépare un cours, même si les sujets sont tout à fait profanes, je fais sans cesse l’expérience du psaume 138 : « Tu me scrutes, Seigneur, et tu sais ! tu sais quand je m’assois, quand je me lève ; de très loin, tu pénètres mes pensées. » Que je lise ou que j’écrive, que je parle ou que j’écoute, que je sois dans le métro, à la bibliothèque ou à la fac : Dieu est là !

 

Je sais que Dieu est là,
en moi, tout au long de la journée et je prie pour que ceux que je rencontre puissent le découvrir.

Et quand je donne des cours et que je regarde les étudiants, j’aime penser à la Vierge Marie, qui voyait Dieu dans son enfant ! Même dans les moments d’incertitude plus douloureux de mon travail, je sais qu’il est présent et j’essaie (même pauvrement !) de lui offrir mes difficultés, espérant de tout cœur qu’elles rejaillissent en grâces sur ceux vers qui je suis envoyée. Parfois aussi, le Seigneur sème des petites lumières sur ma route : une rencontre, une conversation un peu plus profonde ou un simple regard de bonté échangé avec des collègues ou des étudiants, dans lesquels brille Sa présence !

Lorsque la journée a été toute remplie d’idées et surtout de visages, je viens encore les présenter au Seigneur dans l’oraison. Et au matin, quelle joie de pouvoir dire avec le psalmiste : « Je m’éveille : je suis encore avec toi » !

 

Claire, orthophoniste (France)

 

Mon travail est d’abord le lieu de la réalisation de ma vocation de consacrée dans et pour le monde : lieu de contact avec des hommes et femmes de tous milieux, toutes origines, qui connaissent ou pas Dieu.


C’est aussi un des lieux privilégiés pour exercer la charité très concrètement au quotidien : dans mon milieu de travail, je ne peux pas annoncer le Christ directement, alors le rayonnement de la charité devient le moyen par lequel je peux être témoin de l’Amour infini de Dieu. Comme je rencontre beaucoup de personnes, et en particulier beaucoup de gens blessés, en souffrance, j’ai de multiples occasions d’aimer, de consoler, d’apaiser, … à condition d’avoir les yeux et le cœur ouverts, d’être attentive à ne pas laisser la routine du travail me rendre indifférente pour les personnes qui sont autour de moi !
 

C’est enfin un lieu de conversion au quotidien : je vis ma consécration en exerçant un travail ordinaire, mais sans l’exercer d’une manière ordinaire ! Je suis appelée à l’exercer avec le regard, les paroles, les gestes, les pensées et les sentiments du Christ… ce qui m’entraîne chaque jour sur un chemin de sainteté pour me laisser transfigurer toujours davantage au Christ.

En bref, c’est le lieu de ma fidélité quotidienne à ma vocation !

 

Marie, Conseillère en économie sociale et familiale (France)

 

« Partout où il y a les consacrés, il y a toujours de la joie » nous dit le pape François. Joie d’une vie toute ordinaire, dans un travail tout ordinaire : écorce d’une réalité splendide. Quelle joie et quel défi de s’exercer à l’Amour : profitant de l’échec, de l’opposition pour faire jaillir l’amour, l’offrande pour les âmes qui nous entourent… Conscients de n’être qu’un pinceau entre les mains de l’Artisan de nos vies : « Nous ne sommes tous que ses instruments. Nous faisons notre petit peu, et nous passons. »
 

Eclairer et brûler, voilà la joie entrevue.

Seigneur, je crois : tu agis par ma seule présence parce que, tel un ostensoir sans encens ni fumée, je te porte en moi… Silencieusement, délicatement, Tu éclaires et réchauffes le milieu où Tu m’as placée. Eclairer et brûler, voilà la joie entrevue. Oui, je crois en la force de cette consécration. Alors la vie devient passionnante, c’est un mouvement, un torrent de miséricorde qui nous emporte. La présence de Dieu peut rendre pleine, heureuse et féconde la vie de celui qui est tout caché au milieu de ce monde. Alors oui, JOIE d’être consacrée pour ce monde : les Miséricordes du Seigneur, à jamais je les chanterai….

 

" Soyez missionnaires de l’amour et de la tendresse de Dieu !
Soyez missionnaires de la miséricorde de Dieu. "

Pape François